En direct du Conseil Communal

Monsieur le Conseiller communal,

Tout comme d’autres communes de la Région wallonne, la Ville de Liège a entrepris un travail visant à assurer l’avenir, moyennant une bonne gestion, des 22 cimetières de notre cité.

Depuis, 2013, l’administration procède à une campagne d’affichage annuelle des sépultures non concédées. Si la famille ne se manifeste pas après un affichage d’au moins une année, comprenant deux périodes de la Toussaint, il est alors procédé à la reprise de la sépulture. Comme toujours, nous tentons de gérer les situations particulières avec humanité et discernement.

Ce travail de reprise est ingrat et complexe. Il est réalisé par les fossoyeurs après leurs tâches habituelles d’inhumation et d’entretien des cimetières. Le volume de personnel actuellement en place n’autorise pas la mise en place d’une équipe de fossoyeurs uniquement attitrée aux exhumations.

Deux ossuaires ont été créés dans les principaux cimetières de l’entité, à savoir Robermont et Ste Walburge. Il n’est pas possible, faute de moyens budgétaires, d’en aménager dans chaque cimetière liégeois.

Le fait de reprendre annuellement des sépultures permet évidemment de libérer de l’espace et répondre plus aisément à la demande citoyenne. Un cadastre des cimetières reprenant les parcelles destinées à recevoir différents types de sépultures a été créé en 2015. Il peut s’agir de caveaux préfabriqués, maçonnés, de sépultures en pleine terre concédées ou non concédées.

La création de ce cadastre a pour but d’améliorer la gestion des places disponibles dans nos cimetières. Il détermine également les différents cimetières dans lesquels il n’est plus possible d’inhumer, faute de place. Il n’existe pas de projet d’extension dans nos cimetières à l’heure actuelle.

La Ville de Liège possède dans son patrimoine trois cimetières paroissiaux. Ces derniers sont gérés à l’identique des autres cimetières communaux. Il s’agit des cimetières St Amand à Jupille, Wandre-Centre et St Léon à Rocourt).

Enfin, la mise en vente des monuments de sépultures abandonnées n’est pas mise en pratique à Liège même si une réflexion est menée. Monsieur MARAITE alimente, par ses propositions, cette réflexion. Concernant les caveaux désaffectés, leur réaffectation est autorisée par le règlement. Les services essayent de répondre à la demande des citoyens dans la mesure où cela est possible. Cependant, il n’existe pas, à ma connaissance, une forte demande pour cette pratique.

Une réflexion sur cette problématique est actuellement à l’étude avec l’administration du département. Dans le même ordre d’idée, un groupe de travail est constitué afin d’examiner le règlement « Funérailles et Sépultures », datant de février 2014, afin d’améliorer le service au citoyen.

Ville de Liège , Conseil communal du 23 janvier 2017.
Réponse à l’interpellation de Monsieur Fabrice DREZE.


Les dernières actualités au conseil communal

Ice bucket Challenge

22 aout 2014

La Mediacité

23 novembre 2009