Chambre

Question de Mme Julie Fernandez Fernandez à Maggie De Block, ministre des Affaires sociales et de la Santé publique, et de l'Asile et de la Migration, sur « le refus opposé par la Belgique à la demande de la Commission européenne d'accueillir les migrants recueillis par des navires affrétés par des ONG »

Madame la ministre,

Le 10 décembre dernier, le premier ministre tenait à Marrakech un discours remarqué en soutien au pacte pour des migrations sûres, ordonnées et régulières. On y relève notamment cette affirmation forte parmi les éléments qui le motivent à soutenir ce texte, je cite: "Cette conviction que des valeurs universelles, qui dépassent les frontières et qui incarnent, pour chaque être humain, cette dignité, ce respect fondamental et finalement cette soif de liberté, cette idée que chacune et chacun nous sommes porteurs bien sûr de devoirs, bien sûr de responsabilités, mais aussi de droits parce que nous appartenons à la communauté humaine."

Peut-être la Commission européenne avait-elle ces mots à l'esprit le 8 janvier, lorsqu'elle a demandé à la Belgique d'accueillir 49 migrants bloqués dans les eaux maltaises sur deux navires appartenant à des ONG? Si c'est le cas, les autorités de la Commission ont dû être déçues d'entendre que le kern du 8 janvier a opposé un refus à cette requête, comme la presse s'en est fait écho le lendemain.

  • Madame la ministre, confirmez-vous que la Belgique a été sollicitée pour accueillir ces 49 personnes?

  • Confirmez-vous que le kern a opposé une réponse négative à cette sollicitation?

  • Dans l'affirmative, pouvez-vous nous donner les raisons de ce refus?

  • Pouvez-vous également nous dire si des initiatives ont été prises au niveau européen pour régler la question de plus en plus dramatique de la fermeture des ports aux navires menant des opérations humanitaires en Méditerranée dans le seul but de mettre un terme autant que possible aux innombrables noyades qui se déroulent aux frontières de l’Union?

  • Le cas échéant, quelle est l'attitude de la Belgique à l'égard de ces initiatives et quelles suites concrètes leur sont données?


  • Réplique

    Je vous remercie, madame la ministre pour vos réponses.

    Il existe effectivement des obligations pour ces États membres qui ont des frontières maritimes. On sait par exemple que l'Italie ne les respecte pas. J'entends bien la volonté de la Belgique de participer à des débats et à une dynamique de dialogue dans un cadre équilibré mais il faudrait déjà que la Belgique respecte les quotas qui lui ont été imposés, qui, jusqu'à il y a peu, n'étaient pas remplis. La première des responsabilités et le premier devoir d'humanité seraient de respecter nous-mêmes nos obligations avant d'imposer aux autres de respecter les leurs.



    Retrouvez l’intégralité des échanges sur www.lachambre.be

    La Chambre des Représentants,
    Commission de l'Intérieur, des Affaires générales et
    de la Fonction publique


    Bruxelles, mercredi 20 février 2019.

La situation des ILA

20 fevrier 2019

L'explosion d'un F-16 belge

07 novembre 2018

L'exposition temporaire du MRA

19 septembre 2018

Le War Heritage Institute

18 juillet 2018

Le remplacement des F-16

28 fevrier 2018

Retour vers le soudan

22 decembre 2017

Le plan Grand Froid

29 novembre 2017

Qu'en est-il des F-16

18 octobre 2017

#catalanReferendum

05 octobre 2017

Pension des militaires

30 mars 2017

L’avenir du SEDEE

16 novembre 2016

La prime de bilinguisme

13 juillet 2016

Les lieux de Mémoire

21 mars 2016

Le recours de l’ATCC

27 janvier 2016

Le statut du militaire

10 decembre 2015

La situation au Burundi

09 decembre 2015

Le sauvetage en mer

15 septembre 2015

Air Control Traffic Center

09 septembre 2015

01 juin 2015

Budget du SGRS

11 fevrier 2015

15 octobre 2014