En direct du Conseil Communal

A dater du 1erjuin 2014, l’Arrêté du Gouvernement wallon du 11 juillet 2013 n’accorde plusl’autorisation d’utiliser des produits phytopharmaceutiques dans les espacespublics que moyennant certaines conditions.



Une période transitoire acependant été prévue et se termine le 31 mai 2019.



Les conditions d’utilisationdes produits phytopharmaceutiques durant cette période transitoire sont lessuivantes :



- affichagedes zones à traiter, reprenant la date, les produits utilisés et la duréed’éviction du public

- interdictiond’appliquer à moins d’un mètre des filets d’eau

- interdictiond’appliquer à l’approche des égouts

- interdictiond’appliquer sur les zones en pente

- créationd’une cellule d’agents agréés pour l’utilisation des produits (mise en placed’une formation spécifique)



Afin de veiller au bonrespect de ces normes, la Région Wallonne prévoit des contrôles réguliers surles sites.



Au vu des critèrescontraignants évoqués ci-dessus, il apparaît plus réaliste de passerimmédiatement à la gestion du « zéro phyto », telle que demandée pour2019.



Une gestion différenciée vadonc être appliquée dans chaque cimetière du territoire de la Ville de Liège.



Il s’agit d’un ensembled’aménagements permettant de gérer le sites de manière naturelle. Celanécessite la mise en place des moyens suivants :



- communicationprogressive envers les citoyens

- enherbementdes allées

- fauchagetardif

- imperméabilisationdes allées

- réalisationde végétalisation couvre-sol

- paillage

- remplacementdes fleurs annuelles par des vivaces

- utilisationde nouveau matériel pour le désherbage



Au niveau de la communicationenvers le citoyen, il s’agit de placer des panneaux dans les 22 cimetièresliégeois visant ainsi à informer le public de la nouvelle réglementation enmatière de gestion des pesticides dans les espaces publics. Le citoyen doit sefamiliariser, dans l’intérêt général avec ce seuil de tolérance.



Il s’agit d’un nouveau défiqui impliquera inévitablement un coût, en temps, en matériel et en maind’œuvre.



Une collaboration avec lesservices de la Ville concernés par ce projet est nécessaire afin d’observerd’autres entités, de bénéficier d’une analyse générale et de partir avec lesconseils les plus avisés possibles.




Julie Fernandez Fernandez,

Echevin




Réponse à l’Interpellation de Monsieur le Conseiller communal

Jean-Pierre GOFFIN


Conseil communal du lundi 6 octobre


Les dernières actualités au conseil communal

Ice bucket Challenge

22 aout 2014

La Mediacité

23 novembre 2009