Chambre

Monsieur le Ministre,

Dans l'accord du gouvernement, nous pouvons lire que "La tâche principale de l'armée continuera à être sa participation aux missions à l'étranger dans le but de promouvoir la paix et la sécurité dans le monde.
La Défense s'efforcera de concentrer ces missions à l'étranger. En dehors de ses missions classiques de défense collective dans un cadre OTAN ou UE, de
protection et d'évacuation de nos ressortissants, des opérations de garde-côtes et de sauvetage en mer et d'aide à la Nation en cas de catastrophe, ou quand les moyens civils sont insuffisants, la Défense prend en charge un ensemble d'autres tâches permanentes.
Le Gouvernement évaluera eu égard à leur réelle utilité pour tous les acteurs, cette évaluation n'hypothèque en rien de nouvelles collaborations créatrices de réelle plus-value pour l'ensemble des intervenants militaires et civils.

Si ces tâches entraînent des coûts supplémentaires pour la Défense, ils seront facturés. "

En raison des coupes budgétaires, l'armée belge pourrait donc bientôt vivre quelques "changements" dans ses missions d'Aide à la Nation.

Concernant les secours en mer, aujourd'hui gratuits, certains bruits laissent entendre qu'ils deviendraient payants dans le contexte de la mise en service des nouveaux hélicoptères NH90 version "Marine".

La Libre du 11 juin 2015 parle de la suppression de la capacité SAR ("Search and Rescue"), c'est-à-dire le sauvetage en mer effectué actuellement par les hélicoptères Sea King. Cette capacité serait reprise, selon eux, par une firme privée.

Mes questions sont donc les suivantes:
I.
a) Quel bilan la Défense tire-t-elle de ses missions de sauvetage en mer?
b) Quel est le coût de ces opérations par année?

2.
a) Quel avenir comptez-vous donner à ce service d'Aide à la nation?
b) Celui-ci pourrait-il devenir payant dans les années à venir?

Julie FERNANDEZ FERNANDEZ
Députée fédérale
Commission Défense, le 15 septembre 2015.

Question posée à Monsieur le Ministre de la Défense nationale relative au sauvetage en mer.

Réponse de Monsieur le Ministre de la Défense nationale :

1. Le bilan de la mise en œuvre des Seaking peut se résumer dans les données suivantes, datant du 13 juillet 2015:
a. Cette année, le Seaking a volé 31 heures lors de 39 sauvetages en mer.
De plus, des vols d'entrainement ont été exécutés pour une durée de 209 heures.

b. En 2014 ces hélicoptères ont volé 599 heures à des fins d'entraînement pour un coût estimé de 3.734.765€, et ont volé 73 heures dans le cadre d'opérations de sauvetage en mer pour un coût estimé de 455.155€.
Pendant cette période, quarante-huit personnes ont pu être évacuées afin de recevoir des soins adéquats à terre.

2. L'avenir qui est réservé à ce service d'aide à la nation est actuellement à l'étude dans le cadre du Plan Stratégique sur le futur de la Défense.

3. Aucune décision n'étant prise, à l'heure actuelle aucune option future n'est exclue, à priori.

L'explosion d'un F-16 belge

07 novembre 2018

L'exposition temporaire du MRA

19 septembre 2018

Le War Heritage Institute

18 juillet 2018

Le remplacement des F-16

28 fevrier 2018

Retour vers le soudan

22 decembre 2017

Le plan Grand Froid

29 novembre 2017

Qu'en est-il des F-16

18 octobre 2017

#catalanReferendum

05 octobre 2017

Pension des militaires

30 mars 2017

L’avenir du SEDEE

16 novembre 2016

La prime de bilinguisme

13 juillet 2016

Les lieux de Mémoire

21 mars 2016

Le recours de l’ATCC

27 janvier 2016

Le statut du militaire

10 decembre 2015

La situation au Burundi

09 decembre 2015

Le sauvetage en mer

15 septembre 2015

Air Control Traffic Center

09 septembre 2015

01 juin 2015

Budget du SGRS

11 fevrier 2015

15 octobre 2014