Chambre

Interpellation urgente de Mme Julie Fernandez Fernandez au secrétaire d'État à l'Asile et à la Migration, chargé de la Simplification administrative, adjoint au ministre de la Sécurité et de l'Intérieur sur "les rapatriements vers le Soudan"

Monsieur le président, monsieur Francken, l'information qui a accompagné notre réveil ce matin, ce sont vos excuses au premier ministre. Mais ce que vous n'avez pas encore fait à cette heure avancée de la journée, c'est présenter vos excuses aux hommes que vous avez envoyés à la torture! Et cela, il nous semble que c'était le minimum.
 
Monsieur Francken, nous dénonçons depuis des mois l'indignité de votre politique, l'inhumanité des réponses que vous donnez et, aujourd'hui, nous apprenons que vous semblez aussi être un adepte du mensonge. 
 
Pour respecter la demande du président, je passerai directement à mes questions.
 
  • Pourquoi, ce matin, avez-vous donc présenté vos excuses au premier ministre?
  • Est-ce pour lui avoir menti, comme vous avez menti au gouvernement, au parlement, à tous les Belges?

  • Quand vous avez donné votre interview, hier à la sortie de la plénière, oui ou non, des expulsions étaient-elles prévues vers le Soudan?
  • Les avez-vous, oui ou non, annulées après avoir donné cette interview?

  • Ces expulsions sont donc suspendues jusqu'aux résultats de l'enquête. Qui a demandé cette enquête?
  • Qui va la mener?
  • Quelles sont les garanties liées aux informations que nous obtiendrons et qui en résulteront?

  • Avez-vous, oui ou non, impliqué le Haut-Commissariat pour les réfugiés dans les rapatriements vers le Soudan?Selon les informations émanant d'un Haut-commissaire ce matin, il semblerait que non, et cela contrairement à ce que vous nous avez dit.
Avec mes collègues, je suis très impatiente d'entendre vos réponses!



Replique

Monsieur le président, monsieur le secrétaire d'État, je n'ai toujours pas entendu d'excuses, de regrets, un minimum d'empathie pour les personnes que vous avez renvoyées vers la torture.
 
Quand on vous parle du Soudan, vous nous parlez de rumeurs. Quand on vous dit que c'est une dictature, vous mettez en doute le sort qui pourrait être réservé aux personnes que vous avez expulsées. Votre politique est inhumaine. Vos propos et vos excuses, fausses excuses selon moi, sont indignes.
 
Ce qui fait froid dans le dos, c'est aussi la légèreté avec laquelle vous semblez gérer ce genre de dossier. Vous dites qu'après l'interview, après avoir lu un article dans la presse, vous avez tenu une réunion à votre cabinet, alors que cela faisait des heures qu'on savait qu'il y avait des problèmes au Soudan. Cela faisait des heures qu'on savait que des personnes étaient certainement en train de se faire torturer là-bas. Visiblement, cela ne vous avait pas paru assez important que pour vous mobiliser et organiser une réunion. Vous n'avez en tout cas pas pris la mesure de ce qui s'était passé. Ce que je crains, c'est que vous ne l'ayez toujours pas prise.
 
Monsieur Francken, je ne vais pas polémiquer mais votre politique est indigne. Vous êtes indigne! Aujourd'hui, nous repartirons tous chez nous manger de la dinde, des petits fours et, pendant ce temps-là, des gens, que votre politique indigne a expulsés, seront peut-être en train de se faire torturer et seront dans la souffrance. Ce qui fait froid dans le dos, c'est que je crains que rien ne va changer, que ce gouvernement, cette majorité ici présente, rentrera ce soir, mangera sa dinde et ses petits fours. Rien n'aura changé. Vous serez encore là et l'indignité que vous faites subir à ce pays par votre politique continuera de sévir dans les semaines et les mois qui viennent avec la complicité du premier ministre, du gouvernement et de l'ensemble des membres de cette majorité.



Motion déposée

Une motion de méfiance a été déposée par Mme Julie Fernandez Fernandez et MM. Georges Dallemagne et Olivier Maingain et est libellée comme suit :

« La Chambre, ayant entendu les interpellations de Mmes Julie Fernandez Fernandez et Monica De Coninck et MM. Georges Dallemagne et Benoit Hellings et la réponse du secrétaire d’État à l’Asile et la Migration, chargé de la Simplification administrative, adjoint au ministre de la Sécurité et de l’Intérieur, demande au secrétaire d’État de présenter sa démission au premier ministre et que les compétences qui lui sont attribuées soient confiées au premier ministre. »

Le vote sur les motions aura lieu ultérieurement.
La discussion est close.



Retrouvez l’intégralité des échanges sur www.lachambre.be

La Chambre des Représentants,
Commission de l'Intérieur, des Affaires générales et de la Fonction publique
Bruxelles, mercredi 22 décembre 2017.

Retour vers le soudan

22 decembre 2017

Le plan Grand Froid

29 novembre 2017

Qu'en est-il des F-16

18 octobre 2017

#catalanReferendum

05 octobre 2017

Pension des militaires

30 mars 2017

L’avenir du SEDEE

16 novembre 2016

La prime de bilinguisme

13 juillet 2016

Les lieux de Mémoire

21 mars 2016

Le recours de l’ATCC

27 janvier 2016

Le statut du militaire

10 decembre 2015

La situation au Burundi

09 decembre 2015

Le sauvetage en mer

15 septembre 2015

Air Control Traffic Center

09 septembre 2015

01 juin 2015

Budget du SGRS

11 fevrier 2015

15 octobre 2014

00 0000